marie-fontaine-artbeats

Marie Fontaine

Cette petite lutine des bois… tu vas l’adorer!

Avec Marie on se connait depuis bientôt 30 ans! Et je suis toujours en émerveillement devant cette artiste multiple.

Artiste plasticienne (peinture, bodypainting, illustration), elle plonge cette fois au coeur du monde végétal enfoui (racines, marécages,…) pour exorciser les monstres cachés au plus profond de nous.

Petit texte qui la définit parfaitement:  “Changer le regard des gens sur les choses? Leur donner le monde à voir tel que je le vois, moi: leur révéler la beauté, l’étrangeté, la puissance des sentiments… Et puis rendre les choses moches belles, pour remplir le monde et les gens d’ondes positives, pour donner l’envie et la force de continuer à vivre… Marie Fontaine, emmerveilleuse”

Bonjour artiste passionné.e et passionnant.e,

Peux-tu te présenter en quelques mots STP ?

Marie Fontaine, bruxelloise depuis …hum … bientôt 20 ans, le temps passe vite ! J’aime la ville, la diversité qu’on y trouve, et le fait qu’on puisse se balader grimée ou costumée sans se soucier du qu’en dira-t-on 😉 J’aime le fait de pouvoir passer rapidement d’une ambiance à l’autre, au gré des quartiers, à pied ou en transports en commun, de jour comme de nuit. Oui, j’aime la nuit, et cette autre dimension dans laquelle elle me plonge, ou tout est un peu plus possible… C’est sans doute pour cela que je crée mieux la nuit : 22h – 3-4h du matin, ce sont mes heures les plus productives, mes heures magiques ! Malheureusement, pas évident de concilier cela avec 2 loulous, et les horaires d’école et de boulot (et les besoins biologiques de mon corps). Mais bon, j’essaie que la flamme de la créativité ne s’étouffe pas trop, à défaut d’entretenir un feu continu. Et si ça peut mettre des étoiles dans les yeux, la nuit ou le coeur d’autres personnes, c’est encore mieux 🙂 Ah oui, et je vois des p’tits bonshommes partout… ou pour le moins, de belles histoires, de belles formes et de belles couleurs.

Dans quelle(s) discipline(s) artistique(s) trouves-tu plaisir?

Globalement, je suis sensible aux couleurs (et aux formes aussi… Mais surtout aux couleurs). Je peins, à l’acrylique, sur des papiers et cartons (médias que j’ai découverts et adoptés à l’Académie que j’ai fréquentée étant jeune adulte, comme toute ma famille). Je peins aussi sur les gens : grimage et bodypainting, que j’ai perfectionnés lorsque je faisais partie de l’asbl étincelle ! J’ai eu l’occasion de peindre sur des murs aussi… Mais c’est plus compliqué ou peut-être que simplement j’ai rencontré des gens qui peignent sur des gens et pas sur des murs, en fait, parce que ce n’est pas si simple non plus ;-p J’aimerais bien poursuivre dans cette voie… Faire les choses en grand. Trancher dans la grisaille et marquer les passants … Ma vie n’est pas finie… Et actuellement, je teste différents supports et médias, sans réussir à m’arrêter sur un en particulier que je puisse approfondir réellement afin de progresser et concrétiser ce que j’ai comme idées dans ma tête. J’aime aussi manier les mots, écrire des petits textes qui me viennent des tréfonds de mon être et ruissellent sur l’écran.

Peux-tu décrire ce qui t’anime lorsque tu crées ? Ce qui te met en joie et ce que tu as “en-vie” de partager avec le monde à travers ton art.

Des émotions, quelles qu’elles soient … La colère peut être un moteur, tout comme la tristesse … Bon, du coup, c’est la colère et la tristesse qui me mettent en joie ? Hum, non non! Je ne suis pas maso hein ^^ Mais c’est ce qui me met souvent en mouvement, qui crée ce bouillonnement que je dois faire sortir… Créer pour exorciser. Lorsque je suis en joie, je suis trop occupée à vivre pleinement ma joie pour créer à partir de ça 🙂 Par contre, lorsque je suis en train de créer, ça me met en joie, ou en état de plénitude plutôt, même si les sentiments qui m’animent à la base sont plutôt négatifs. Créer pour exorciser, disais-je donc…

T’est-il possible de mettre des mots sur ce que tu ressens lorsque tu pratiques ta discipline artistique? Les sentiments et émotions qui te traversent avant, pendant et/ou après.

Un sentiment de plénitude… Le “flow” on dit? Ce moment suspendu où ça coule de source… Ce qui ne veut pas dire que c’est simple, qu’il n’y a pas d’hésitations, de réflexion… Mais disons qu’on suit le chemin tracé par notre créativité… Une forme de lâcher-prise parce que ce n’est pas nous qui contrôlons la matière, c’est elle qui nous contrôle… Parce qu’elle nous a choisi pour lui permettre de s’incarner sans doute. En fait, la chose est déjà là : ” il suffit de” la faire apparaître pour tout le monde 😉 Y compris pour nous-mêmes hein! Moi je n’ai jamais une image claire de ce que ça va donner ce que je fais, mais je sais que c’est là… Un peu comme un archéologue qui exhume un vestige : ce n’est qu’au fur et à mesure que sa forme se dévoile.

As-tu une phrase qui te booste et/ou une chanson qui te donne la pêche à coups sûrs?

Heu … J’ai une large playlist très éclectique de titres likés, tous liés à des souvenirs et des émotions, dans laquelle je vais piocher en fonction du moment. Mais il ne me vient pas une chose en particulier…

Où peut-on te retrouver? sur quel(s) réseau(x) et sous quel nom?

Follow me on Instagram

Une dernière chose à partager avec nous ?

Un artiste, pour moi, est une personne qui voit des choses qui sortent de la “normalité”, et qui essaye de les rendre visible aux autres en touchant leurs émotions à l’aide des siennes.